Ad Vitam - Galerie Jecza, Timisoara (Roumanie) - 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Galerie Jecza et la Fondation Triade ont le plaisir de vous présenter « AD VITAM », une exposition de la photographe française Sophie Zénon.

Ouverture du 15 avril au 15 juin 2016. Vernissage le vendredi 15 avril à 19h. 

 

L’exposition propose un dialogue entre deux récentes séries de l’artiste : les « Momies de Palerme », 2008 (série « In Case We Die ») et « L’Homme-Paysage (Alexandre), 2015 (série « Arborescences »). Exposée dans des lieux prestigieux tels que la Fondation Pierre Bergé / Yves Saint-Laurent (Paris), le Salon Paris-Photo au Grand-Palais (Paris), la Fondation d’art contemporain Fernet-Branca (Saint-Louis), la galerie Thessa Herold (Paris),  la série sur les momies des catacombes de Palerme (Italie) est emblématique de la démarche de l'artiste dans laquelle elle aborde la question de la perte des êtres chers, de notre relation au corps après la mort, aux ancêtres.Les momies ont été saisies avec délicatesse, dans leur infinie altérité, et semblent vibrer, voire presque danser, entre présence et disparition, faisant ainsi vaciller la frontière entre la vie et la mort. 

 

Dans sa nouvelle série  « Arborescences » , Sophie Zénon poursuit ses recherches sur la disparition et s'attaque à ses propres fantômes. "Arborescences" est une re-visitation de son histoire familiale - intimement liée à celle l'immigration italienne en France pendant l'entre-deux guerres -, une évocation poétique de l'exil, de l'identité, de la perte des lieux où l'on est né, où l'on a vécu.Dans ce premier volet dédié à son père, le corps se transforme en paysage et le paysage en corps. Il devient un lieu de passage, il n'est plus seulement une entité mais un univers en interaction avec un espace et un territoire. 

 

Des momies de Palerme » à « L'Homme-Paysage", le fil rouge est celui de la mémoire mais plus encore, de la transformation de la perte. Photographies, archives familiales installées dans le paysage, vidéo sont tour à tour exploités. L’installation, recréée in situ, agit à la fois comme un élément venant raviver les souvenirs et comme un artefact de la mise à distance de l’artiste. 

 

Deux autres rendez-vous sont prévus avec l’artiste :- 16 avril, 12h30-14h00, « J’observe, je cadre », atelier interactif dédié au jeune public, Institut français- 18 avril, 17h00-18h00, « Le corps qui reste » conférence débat, Fondation Triade

.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

  © 2017 Sophie Zénon - All rights reserved