LE CORPS A VIF, 2014

Polyptyque 140 x 400 x 20 cm. Pièce unique 

Vingt-sept photographies de cires anatomiques de la fin du XVIIIè siècle / Musée d'anatomie humaine de Naples

Six reproductions de blanches botaniques extraites du livre « PLATEARIUS, le livre des simples médecines », enluminures de Robinet Testard, vers 1520-1530 / BNF

Tirages sur bois - Châssis hêtre, métal

Réalisation technique : atelier BB.

LE CORPS A VIF est une interprétation contemporaine de ces petits objets votifs à forme humaine, appelés Ex-Voto, présents dans tout le bassin méditerranéen, et que l’on offre généralement à un Saint en remerciement d’un voeu exaucé. S’il emprunte aux codes du religieux sa structure inspirée du « retable », LE CORPS A VIF s’en éloigne pour nous entraîner vers des problématiques métaphysiques. Car cet art populaire nous dit avant tout de la fragilité de l’être, de la peur de la perte. 

 

Trois triptyques et quatre diptyques s’ouvrent et se ferment alternativement, laissant apparaître au recto un dialogue entre végétal et plusieurs parties du corps. Représentées sur les battants extérieurs, les plantes médicinales sont l’évocation d’un pansement imaginaire. Absinthe, armoise, jusquiame, sceau de Salomon, aristoloche, serpentaire … infiltrent symboliquement par capillarité les parties du corps. Dans cette oeuvre « organique », l’impression directe sur bois laisse apparaître par transparence les veines du matériau et rend la matière poreuse, agissante.

Ce polyptyque a été réalisé dans le cadre d'une carte blanche proposé par le musée de la Poste (Paris) sur le thème des ex-voto d'artistes contemporains.

Commissaire : Yolande Rasles

Artistes invités : Sarkis, Hervé Di Rosa, Sylvie Hazebroucq, Josette Rispal, Alexei Vassiliev, Coco Fronsac, Saul Kaminer, Patrick Bailly-Maître-Grand, Gabriela Morawetz, Xawery Wolski, José Abad, Julien Salaud, Sophie Zénon.

Un catalogue est édité par le Musée de la Poste, texte de Pierre-Henri Frangne, Professeur en esthétique et philosophie de l'art.