POUR VIVRE ICI. HARTMANNSWILLERKOPF, VOSGES, 2017

 

Invitée en 2017 en résidence par l’Abri-mémoire d’Uffholtz (Alsace), le travail développé par Sophie Zénon sur le site du Hartmannswillerkopf (HWK) aborde la question de la restitution de la mémoire d’un lieu de conflit de la première guerre mondiale, dont la spécificité alsacienne et de guerre de montagne est d’avoir eu sa ligne de front précisément à la frontière entre la France et l’Allemagne. Les notions d’identité, de frontière, inscrivent ce projet de plain-pied dans l’histoire contemporaine, à un moment précis de notre histoire où l’Europe est menacée, confrontée à la montée des nationalismes et où jamais dans le monde, il n’y a aura eu autant de murs dressés entre les peuples.

"POUR VIVRE ICI", titre de l’exposition emprunté à un poème de Paul Eluard, puise sa source dans une mémoire du conflit encore aujourd’hui très vive parmi la population. À mi-chemin entre recherches documentaires et esthétiques, ce travail propose une interprétation du lieu à partir de sa forêt et une approche du site par ceux qui le vivent, le côtoient, le pratiquent.

En s’appuyant sur des travaux de scientifiques tels que botanistes et personnels de l’ONF, il laisse cependant une grande part à l’imaginaire et à l’intuition. Paysages « vibrés », lumières éblouissantes, superpositions de documents d’archives et d’éléments naturels réalisées in situ, rendent compte tant de « l’esprit des lieux » que de la manière dont les hommes d'aujourd’hui et d'hier ont appris à vivre avec cette forêt.

Parallèlement à cette recherche personnelle, Sophie Zénon a mené et encadré un atelier pédagogique auprès d'élèves d’une classe de première du lycée Amélie Zurcher de Wittelsheim, avec leur professeur Alexandre Dumez en mars et avril 2017.

Après une préparation visuelle en classe, puis trois jours sur le terrain, les jeunes adolescents ont produit et associé des photographies, des images d’archives et des mots dans ce lieu spécifique pour permettre à chacun de réfléchir à la notion de frontière et de faire le portrait de soi, des autres et d’un « nous ».

24 montages au format panoramique ont été produits.

Sophie Zénon remercie :

Jean-Paul Welterlen, maire d'Uffholtz et fondateur de l'Abri mémoire,

Nicolas Vignos, la communauté de communes de Thann-Cernay, Raoul Ermel, Auguste Vonville, Sigrid Schwamberger et Johannes Wentzel, Daniel Malbert, Manuela Morgaine, Colette Constantini et Jules Teyant


Elle remercie pour l'atelier pédagogique l'Abri mémoire, Alexandre Dumez,

le lycée de Wittelsheim, l'Historial du HWK.

  © 2017 Sophie Zénon - All rights reserved