LES FONTANELLE

LE PURGATOIRE

2010

Devant l’église du Gesù Nuovo, une colonne votive rappelle qu’en 1656 la peste fit brusquement passer la population de Naples de 365 000 à 160 000 habitants. Dans le quartier populaire de la Sanità, le cimetière des Fontanelle préserve quelque 40 000 crânes de ces victimes anonymes, confinées au « Purgatoire ». Pour aider les âmes à trouver le repos, les Napolitains viennent adopter un, voire plusieurs crânes, leur donnent des prénoms – Il Capitano, Lucia –, leur construisent un petit tabernacle vitré qu’ils ornent de fleurs de plastique en échange de quelques faveurs : gagner au Loto, ramener un mari au foyer, soigner un fils malade.

Série In Case We Die

Tirages chromogènes

Exposition :

      Fondation d'art contemporain Fernet-Branca, Saint-Louis, 2011

     

Editions

       In Case We Die, éditions de Saint-Louis 2011

  © 2017 Sophie Zénon - All rights reserved